Visite virtuelle

La salle de classe 1882-1920


L’unification  du pays et la consolidation de la République passent par l ‘école depuis l’application des grandes lois de scolarisation de 1881 – 1886 . Les instructions ministérielles  les prolongent jusqu’à la période de mutation  qui a suivi la « Grande Guerre » : c’est l’époque de l’instauration de l’école laïque.


L’atmosphère rigoureuse de la salle de classe 1882 est restituée à travers les objets exposés :

-         Tables inclinées, cirées, avec encriers en porcelaine (jusqu’à 6 places).

-         Bureau imposant, perché sur une estrade pour le « magister ».

-        Tableaux noirs à l’écriture perlée.

-         Eclairage au gaz (fourni par  une usine à gaz ouverte en à Montceau en 1870).

-         Lampe à pétrole.

-      Poêle noir à charbon avec la gamelle de l’élève (une cantine ne sera ouverte qu’en 1945).

-         Vêtements : blouses noires, bérets, cache-nez, sabots.


-         Travaux de couture.

Bureau du maître




Une volonté d’asseoir la République :

-        Buste de Marianne, symbole de la République depuis 1848, diffusé dans toute la France (mairie, écoles publiques) autour de 1892.

-        Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.


-       Fusils scolaires : volonté de revanche après la défaite de 1870 et période d’expansion colonialiste. L’entraînement ne concernait que les garçons de plus de 12 ans.


Emblème des Républicains



Une volonté d’éduquer et de discipliner :

-       Au tableau, instruction morale et civique afin de forger l’honnête homme et le bon citoyen.

-        Baguette et bonnet d’âne.


-        Claquoir, symboles de l’autorité du maître.

Bonnet d'âne


Une volonté d’unification :

-         Tableau d’élocution : une seule langue, le français, les dialectes sont bannis, même dans la cour de récréation (gare au bonnet d’âne !).

-         Compendium métrique.

-         Boulier numérateur.

-         Bûchettes : imposer le système décimal (qui ne sera généralisé qu’en 1919).

-         Lecture : importance du livre « Le tour de France par deux enfants ».

-       Bibliothèque, obligatoire depuis 1862 et qui, en 1881, devait répandre la bonne lecture dans les familles.


Autres supports importants : les tableaux de géographie, d’histoire, de sciences et de lutte contre l’alcoolisme.

Compendium métrique


La muséographie actuelle de cette salle authentique est organisée autour de la Grande Guerre et du rôle de l’école dans la préparation des corps et des esprits au conflit.

Le maître en permission dans sa classe

Honneur aux Poilus !

Projet pédagogique "Défendre la Patrie !"




La salle de classe 1920-1970



Les instructions ministérielles de 1923 élargissent l’obligation scolaire. C’est aussi l’époque des recherches pédagogiques et du développement de la psycho-pédagogie : écoles maternelles, enfants déficients ou handicapés, orientation scolaire.



La classe unique, image d’une école présente dans toute la France :

-   La section enfantine : tissage, collage, abaques, peinture.
-   Le cours préparatoire : méthode de lecture Gabet Gillard, éditée de 1919 à 1953, fin de la méthode syllabique.
-   La cocarde du Certificat d’Etude Primaires : après avoir suivi les cours élémentaires 1 et 2, puis les cours moyens 1 et 2 et enfin le cours supérieur, l’écolier arrivait au terme de sa scolarité à 14 ans (décision du Front Populaire et de son ministre de l'Education et des Beaux Arts, Jean Zay, en 1937).
-   Les pupitres et les encriers disparaîtront après 1960 pour laisser la place à des tables à plan horizontal, plus adaptées aux manipulations.
-   Le bureau du maître perd de l’importance, la hauteur de l’estrade diminue : le magister est devenu le maître.
-    Les rideaux noirs aux fenêtres à crémaillères pour l’utilisation des projecteurs

Vue panoramique de la classe unique


Une volonté de faire participer l’élève à la construction de son savoir :

-       L’observation : tableaux muraux pour les leçons de choses, de géographie, d’histoire.
-       La manipulation : matériel pour expériences (sciences, calcul).
-       La réalisation : collection d’insectes, herbiers.

-       La balance et la toise pour la visite médicale.


Le musée scolaire 1923


Une volonté d’ouvrir l’école aux pédagogies et techniques nouvelles :

-        L’imprimerie scolaire (Célestin Freinet).
-        Le limographe (voir expo temporaire).
-        Les journaux scolaires.
-        Les projecteurs à vues fixes, puis à films (voir expo temporaire).

-        La loi Barangé, crédit octroyés pour l’achat de petit matériel.





Appareil de projection Pathé-Kid

Une volonté du maître de personnaliser son enseignement en diversifiant les moyens utilisés :

-             -    La pierre humide pour réaliser des fiches personnelles.



        Une volonté de sensibiliser l’élève aux pratiques artistiques :

-             -    Le guide chant 1930.
-             -    La radio scolaire 1960.
-             -    Les travaux manuels plus diversifiés et moins sexués.



Disque scolaire "Scolavox" 78 T


Exposition temporaire
« Quand tu seras soldat ! »
Projet 2014-2015


En ces temps de commémoration, le reproche est souvent fait à l’école de la IIIe République, d’avoir endoctriné les petits Français avec des idées nationalistes et militaristes fortes les préparant à partir pour la guerre « la fleur au fusil », soit. Les Pères fondateurs avaient à cœur de fédérer la nation et d’implanter cette nouvelle République, en ce 4 septembre 1870, dans une France aux campagnes restées monarchiques (l’amendement Wallon officialisant la République n’est-il pas voté, le 30 janvier 1875, à une seule voix de majorité par une assemblée elle-même monarchique ?). Le sentiment patriotique est certes au cœur des écoles de la République, il est aussi le reflet du sentiment de la société traumatisée par la défaite de 1871 et de la perte de l’Alsace-Lorraine.

Objets et documents de cette exposition donnent une idée de ce choc. Les cartes dessinées dans les cahiers témoignent de ce que, quarante ans plus tard, l’amputation du territoire national est restée insupportable. A y regarder de plus près, même si on en trouve trace dans les discours politiques, il n’existe pas de directives officielles imposant une façon d’enseigner ce sujet aux écoliers : il n’y a pas là l’indice d’une propagande d’État destinée à préparer la Revanche. Les cahiers d’élèves proclament qu’il faut défendre son pays,  certes, sans retenir l’idée que l’agression de l’Allemagne par la France serait la condition de reconquête des provinces perdues. L’école  s’attache à vanter les mérites de l’armée française à laquelle on ne reproche pas la défaite de 1870 qui est imputée à l’Empereur. Il faut retrouver la fierté des citoyens-soldats de l’an II et passer outre les réticences d’une partie notable des officiers à accepter la République.


L’idéal de ces citoyens-soldats sera incarné par les « bataillons scolaires » voulus par les républicains  radicaux et plébiscités par la population. Ils feront long feu, formation militaire trop précoce et peu efficiente, ils seront pris en charge par la société civile à travers les sociétés de tir ou de gymnastique en plein essor à la suite d’un l’arrêté de 1893.  Le tir scolaire et ses concours départementaux perdureront bien après 1914.


Fusils scolaires 


                                      Exercices militaires à l'école


                                      La Marianne à l'école portant la date du 4 septembre 1870 (proclamation de la Troisième République par Gambetta) 


                                       L'instruction morale et civique


    La perte de l'Alsace-Lorraine à travers les livres de lecture  


  Cahier d'élève, écriture






Exposition temporaire
« Défendre la Patrie !  Période 1914-1915»
Projet 2015-2016

La Grande Guerre est une guerre de position, une infime partie du territoire est touchée par les combats. Ce n’est donc qu’à travers la propagande que les informations circulent, y compris dans l’école. L’image de l’Allemand est marquée par la sournoiserie, la cruauté, la brutalité (ne coupe-t-il pas les mains des petits enfants dit-on ?) et donc, par lien de cause à effet, les écoliers sont prêts à idolâtrer les « poilus ». Ils vivent au rythme des campagnes et des batailles.

Les communiqués officiels sont commentés en classe, les élèves dessinent des cartes du front, les maximes de morales et les pages d’écriture sont empruntes du patriotisme qui doit mobiliser leurs jeunes esprits. L’école ne fait que relayer le discours officiel : sur le front, les poilus accomplissent le devoir de citoyens-soldats tant préparé dans leur jeunesse, mais ils protègent aussi leurs enfants de la barbarie allemande en se sacrifiant pour empêcher la réédition du désastre de 1871.

Du reste, loin du front, l’absence durable ou définitive du père et des autres hommes de la famille est bien la première manifestation de l’état de guerre et transparaît nettement dans les rédactions de l’époque : le retour des mutilés, les réfugiés, les lettres des soldats. Malgré tout, comme c’était déjà le cas avant la guerre, les traces écrites sur le thème de la guerre laissées par les écoliers dans leurs cahiers sont souvent bien moins virulentes que la teneur des manuels scolaires ou encore de la littérature enfantine de l’époque.

Les enfants ont-ils été tentés de devenir de vrais poilus ? Rares sont les cas d’adolescents ayant réussi à s’engager avant l’âge et les histoires qui circulent à ce sujet relèvent pour la plupart de la légende. Elles sont souvent empruntées au conflit de 1870 à l’exemple de l’histoire du jeune Emile Desprès et remises au goût du jour. La mobilisation de l’écolier prend d’autres formes, il est l’intermédiaire idéal pour atteindre les familles, notamment en ce qui concerne les multiples emprunts de guerre ou autres actions en faveur des soldats, il faut soutenir aussi le moral des poilus : en adoptant un filleul, en correspondant avec le front, en tricotant des habits chauds…
Du côté des enseignants, la mobilisation vide les écoles de ses maîtres et 22 % des instituteurs mobilisés perdront la vie dans le conflit (27 % pour le département de Saône-et-Loire) à l’image des 138 instituteurs de l’EN de Mâcon morts pour la France.

P.P



Carte de l'Europe avant 1914


Carte de l'Europe après 1918


Livrets de chants patriotiques pour les écoles


Les 26 panneaux sur la vie de Paul Constant Moutardier


Objets de tranchées


Écolière en 1914








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire