jeudi 22 juin 2017

Lettre aux bacheliers d'aujourd'hui


Vous qui passez le « bac » 2017


Souvenez-vous !

Julie Victoire Daubié


La première bachelière de France

Les épreuves du Baccalauréat se succèdent en cette fin juin et les lycéens sont nombreux à se présenter à l’examen, filles et garçons, quelle évidence, n’est-ce pas ? Et pourtant, qui se souvient de Julie Victoire Daubié, première bachelière de France, enfin diplômée le 17 mai 1862 ? Voilà son histoire : le parcours tourmenté d’une femme  opiniâtre et courageuse… 


mardi 20 juin 2017

Echanges culturels


Echanges culturels

Jacqueline Gaumet guide nos étudiants espagnols


Des collégiens espagnols au Musée


Venant de la région de Grenade, 5 jeunes collégiens actuellement accueillis au Collège Saint Gilbert ont visité le Musée de la Maison d’École le vendredi 16 juin  après-midi.


dimanche 18 juin 2017

Adopter un lieu pour l'enchanter

« Adopter un lieu pour l’enchanter »

Projet  départemental

(Suite et fin)
Dans la salle 1950

Enregistrement dans la salle 1950

(Voir la vidéo en fin d’article)

Les petits chanteurs sont au rendez-vous pour cette deuxième séance de chant au musée : l’équipe de tournage est toujours fidèle au poste, la maîtresse, l’accompagnatrice et les enfants sont prêts à affronter les caméras, Magali Fras aussi… 

Adopter un lieu pour l'enchanter

« Adopter un lieu pour l’enchanter »


Projet  départemental
(2)

Les élèves de l'école Jean JAURES de Montceau en répétition


mardi 13 juin 2017

Le chemin vers la laïcité

Le chemin vers la laïcité
 (Troisième  partie)

Période 1856-1914

Gustave Rouland (1806-1878)

Aux origines d’un enseignement laïque


Sous les ministères Rouland (1856-1857 et 1860-1863) et Duruy (1863-1869), la restauration de l’enseignement public est engagée. Près de 7 000 instituteurs laïques répondent à une nouvelle enquête diligentée par Rouland, ils dénoncent pèle-mêle leurs mauvaises conditions d’exercice, le mauvais état des établissements scolaires et leur assujettissement aux autorités locales. Le résultat de cette enquête restera secret jusqu’en 1866, jusqu’à ce que les journaux d’opposition s’en emparent. 

vendredi 9 juin 2017

La fin d'un mythe


Le Certificat d’Etudes Primaires

La fin d’un mythe

Rédaction du Certificat d'Etudes Primaires, session 1979 (collection musée)


Le Certificat d’Etudes Primaires s’est éteint à l’âge de 107 ans... mais restera pour longtemps dans la mémoire collective des français et dans les œuvres de Pagnol, de Colette et de bien d’autres encore. Créé dans sa forme définitive par Jules Ferry dans sa loi du 28 août 1882. Il fut enterré par un décret paru au Journal Officiel le 28 août 1989. Sa mort était annoncée par le Conseil de l’Enseignement Général et Technique depuis 1987, mais le fameux décret n’entra en vigueur que le 1er janvier 1991, année de la dernière session de cet examen mythique, encore plus emblématique peut-être que le baccalauréat. Malgré cela, les jeunes y  étant toujours nombreux à briguer le « certif », il fut maintenu à titre exceptionnel dans les Territoire d’Outre-Mer et Mayotte. 

mercredi 7 juin 2017

Les chemin vers la laïcité, François Bourgogne, instituteur persécuté


Le chemin vers la laïcité
Un instituteur républicain  persécuté pendant la Deuxième République
(1848 – 1852) 
"L'école des pauvres", gravure anonyme, 1840


François Bourgogne est né à Collonges (canton de La Guiche en Saône-et-Loire), le 16 floréal, an XIII, selon le calendrier républicain, ou le 6 mai 1804, d’après le calendrier grégorien, rétabli en 1806. Il était le fils d’un manœuvre, comme l’atteste son certificat de naissance, probablement d’un humble manœuvre de village.

lundi 5 juin 2017

11 juin 2017 au musée


Musée de la Maison d’Ecole

Ouverture du dimanche 11 juin 2017

De 14 heures à 18 heures

En partenariat avec l’AAEENM (Association des Anciens et Anciennes Elèves de l’Ecole Normale de Mâcon-IUFM-ESPE), Journée exceptionnelle d’hommage aux Résistants et déportés. Une exposition  de la FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes) : « La Déportation », sera ressortie des archives du musée pour cette occasion, ainsi que les panneaux/biographies d’enseignants Résistants montcelliens.

Affiche de l'exposition de la FNDIRP
 

Présentation et vente du livre hommage « Maîtres et maîtresses de Saône-et-Loire dans la tourmente… n’oublions jamais ! 1939-1945 »

Couverture du livre de l'Amicale
 
 

 

dimanche 4 juin 2017

Le chemin vers la laïcité



Le chemin vers la laïcité
 (Première partie)
Période 1789-1856
 
Le Maître d'Ecole, gravure de Boissieu, vers 1780 (Collection Nationale)
 
 

L’enseignement du XVIIIème siècle au Second Empire

 Sous l’Ancien Régime, l’Eglise joue le rôle principal dans l’instruction. Elle assure la direction et le financement de l’école malgré l’importance inattendue que prennent les prérogatives des Intendants du roi qui s’orientent vers le contrôle des nominations des maîtres, vers le prélèvement des taxes pour les payer et vers l’acquisition des locaux. Ces prémices de laïcisation iront croissants jusqu’à l’aube de 1789.
 

Dans la cour de récréation (deuxième partie)


Dans la cour de récréation

(Deuxième partie)


Jeu de billes au mur "La Poule" vers 1950 (collection privée)


LES BILLES

La "Picate” :


Deux joueurs s'affrontent avec chacun une bille de même taille et de même valeur (terre, agate, boulet...). Un joueur lance sa bille et l'autre doit, depuis le point de départ, la viser avec sa propre bille. S'il la manque, le premier vise à son tour la bille adverse depuis l'endroit où il a ramassé la sienne... Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'une bille soit enfin touchée par l'autre. Le vainqueur ramasse les deux billes.


vendredi 26 mai 2017

Pierre VAUX, instituteur et martyr


Les conférences du Musée de la Maison d’Ecole

Jacques BROYER

Pierre VAUX, instituteur et martyr

Conférence de Jaques BROYER,  Auditorium des Ateliers du Jour à Montceau-les-Mines :


Inspecteur de l’Education Nationale honoraire. Durant ses trente ans de carrière, dans l’une de ses affectations professionnelles, Jacques BROYER eut en responsabilité l’école du village de Longepierre. En fouillant quelques années plus tard tous les aspects de l’affaire judiciaire et son contexte, il a découvert la vie d’un homme exceptionnel qu’il fait revivre dans son ouvrage.

Histoire de Jules, écolier de 1900


« Petite histoire d’un écolier d’autrefois  expliquée aux enfants d’aujourd’hui »


Cocarde du Certificat d'Etudes Primaires

 

CHAPITRE VIII

« J’aurai mon vélo ! »



Une partie des élèves pourront, à l’issue de leur scolarité obligatoire, être présentés au « Certificat ». En ce qui concerne Jules, bon écolier, ses capacités ont été décelées par le maître,  il poussera encore plus loin sa réussite pour peu que sa famille en soit d’accord. Après avoir passé son Certificat d’Etudes Primaires, il pourra accéder à d’autres examens.

samedi 20 mai 2017

Vidéo-archive 2005


« La Maison d’Ecole »


Vidéo-archive 2005



Reportage du Cinéma-Club en 2005 : deuxième session du Certificat d’Etudes Primaire, qui, pour rappel avait été supprimé le 28 août 1989 par le décret n° 89-607. Nouvelle session organisée par le musée de la Maison d'Ecole à Montceau-les-Mines en partenariat avec la Mère En Gueule (troupe de comédiens montcelliens).  Épreuves toujours ludiques, encadrées par des enseignants ayant participé au vrai Certificat et passées avec sérieux tout de même par 64 candidats de 14 à 85 ans. Une nouvelle fois, l’école élémentaire Jean JAURES a été investie…


Vidéo-archive 2004


« La Maison d’Ecole »


Vidéo-archive 2004


Reportage France 3 Bourgogne en 2004 : première session du Certificat d’Etudes Primaire, depuis sa suppression le 28 août 1989 par le décret n° 89-607, organisée par le musée de la Maison d'Ecole à Montceau-les-Mines en partenariat avec la Mère En Gueule (troupe de comédiens montcelliens).  Epreuves ludiques, encadrées par des enseignants ayant participé au vrai Certificat et passées avec sérieux tout de même par 67 candidats de 14 à 87 ans. Pour l’occasion, l’école élémentaire Jean JAURES avait été réquisitionnée…


Vidéo-archive 2002


« La Maison d’Ecole »


Vidéo-archive 2002



Reportage France 3 Bourgogne en 2002 : deuxième édition de la Dictée Francophone organisée par le musée de la Maison d'Ecole à Montceau-les-Mines en partenariat avec France-Québec et Bourgogne-Québec. Dictée réalisée – échelon Bourgogne – dans une salle proche du musée pouvant accueillir les 65 candidats inscrits. La correction qui suivit eut lieu dans une salle de travail du musée avec 16 enseignants-correcteurs (double correction pour tous et triple correction pour les meilleures copies).



Vidéo-archive 2006


« La Maison d’Ecole »



Vidéo-archive 2006


Emission régionale de France 3, en 2006, pour la promotion du Musée de la Maison d'Ecole au 37 de la rue Jean JAURES à Montceau-les-Mines (ancienne rue de l'Est). A la suite du Trentenaire du musée (2004), l'émission revient sur l'historique et la visite de deux de ses salles de classe authentiques (école classée Monument Historique) : la salle 1890 avec les bataillons scolaires et la salle 1920 avec les nouvelles Instructions Officielles redéfinissant le statut de l'élève (ouvrant la porte à l'école active chère à Ferrière et Freinet).


dimanche 14 mai 2017

Projet 2017-2021


Association du Musée de la Maison d’Ecole
A Montceau-les-Mines

Musée de France

Vers un centre de ressources muséographiques et pédagogiques départemental
Projet 2017/2021


La mémoire de l’école d’hier
La vitrine de l’école d’aujourd’hui

LA MAISON D’ECOLE
37 rue JEAN JAURES
71300 MONTCEAU- les– Mines
Téléphone : 03 85 57 29 36
Messagerie : maison.delecole@wanadoo.fr

Site Web : https://musee-ecole-montceau-71.blogspot.fr

jeudi 11 mai 2017

Une dictée en 1917


"Une ambulance pendant la bataille"

Dictée  proposée à des élèves de primaire  du Creusot en 1917


Dictée 1917


Inauguration de l'exposition "Défendre la Patrie"
Label de la Mission du Centenaire







Adopter un lieu pour l'enchanter


« Adopter un lieu pour l’enchanter »


Projet  départemental
(1)

Les élèves de l'école Jean JAURES de Montceau en répétition







samedi 6 mai 2017

L'école Jean Jaurès au musée


« Adopter un lieu pour l’enchanter »

Projet  départemental

(Troisième partie)
Premier jour de répétition au musée


Première répétition

(Voir la vidéo dans la rubrique "LES VIDÉOS DU MUSÉE ")

Tous les acteurs sont en place pour cette première séance de répétition : le musée est ouvert, les membres du Caméra-Club sont à leur poste, la maîtresse et l’accompagnatrice ont le sourire, les enfants sont concentrés et une surprise les attend à l’intérieur…

mardi 25 avril 2017

L'école Jean Jaurès au musée


« Adopter un lieu pour l’enchanter »

Projet  départemental

(Deuxième partie)

Première visite, premières surprises...


Première visite du lieu à enchanter
Un peu d’Histoire avant d’aborder la partie principale du projet (voir article précédent) : chanter des ritournelles d’autrefois, là où elles ont été créées. Ces petits élèves de Cours préparatoire et de Cours Élémentaire 1ère année, qui font leurs premiers pas à l’école élémentaire, se sont pliés à la discipline de l’école de Jules Ferry.

Histoire de Jules, écolier de 1900


« Petite histoire d’un écolier d’autrefois  expliquée aux enfants d’aujourd’hui »


CHAPITRE VII
 « A chacun son mérite ! »

Quelle histoire ! Comment tout retenir, tout respecter ? La distraction n’est pas de mise, on risque gros à laisser ses pensées vagabonder ou à sortir des sentiers battus de l’instruction. Un arsenal de punitions est là pour le rappeler. Jules ne l’a jamais porté mais le bonnet d'âne en faisait partie au même titre que tapes, oreilles tirées, coups de baguette sur les doigts, mise à genoux ou au coin (même si les châtiments corporels sont strictement interdits dès les premières lois Ferry), tours de cour ("pelote"), cahiers au dos, conjugaisons, retenues à midi ou le soir...

samedi 22 avril 2017

Les collégiens clermontois au Musée


Des  collégiensClermontois au Musée de la Maison d’Ecole

Elèves du collège Jean Rostand de "Les Martres de Veyre" près de Clermont-Ferrand


Un grand intérêt pour la Troisième République
Une soixantaine d’élèves du collège Jean Rostand de Martres-de-Veyre, près de Clermont-Ferrand ont investi le musée ce 6 avril 2017.
La troupe est arrivée au musée de la Maison d’Ecole, en rangs serrés, vers 10 heures, leur deuxième visite de la journée étant prévue l’après-midi au musée de la Mine à Blanzy. Accompagnés de nombreux professeurs, les collégiens étaient venus pour découvrir l’école de la Troisième République, les salles de classes d’autrefois, mais surtout pour comprendre le rôle de l’école de Jules Ferry dans la préparation des corps et des esprits au conflit de 1914/1918.


mardi 18 avril 2017

Dans la cour de récréation (première partie)


Dans la cour de récréation

(Première partie)

La marelle (collection musée)


LA MARELLE

- La Marelle traditionnelle : le joueur se place avec son palet dans la case Terre, il lance le palet avec la main dans la case 1, il doit alors sauter cette case et tomber à cloche-pied en 2, à cloche-pied en 3, pied droit en 5, pied gauche en 4, pied droit en 6, cloche-pied en 8, pied gauche en 7. On effectue ensuite un demi-tour et on revient selon le même modèle à la différence que l'on marque un arrêt cloche-pied en 2 pour ramasser le palet resté en 1. Pour finir, on saute la case 1 et on retombe à pieds joints sur "Terre". On recommence en jetant le palet case 2. On perd son tour lorsque : le palet est à cheval sur la ligne, si on marche sur les lignes, si on manque la case visée. On reprend son tour à la case à laquelle on avait échoué.

samedi 15 avril 2017

Trente années d'histoire de l'école : 1960-1990 par Antoine Prost


Les conférences du Musée de la Maison d’Ecole

Photo Mission du Centenaire

Trente ans d’histoire de l’école


Conférence d’Antoine PROST à L’embarcadère de Montceau-les-Mines :

Antoine Prost est ancien élève de l'ENS, agrégé d'histoire et docteur ès-lettres. Il a été professeur à Sciences- Po et à l'université de Paris I dont il a dirigé le Centre d'histoire sociale, laboratoire associé au CNRS. Historien de la société française, il s’est intéressé au rôle qu’y jouent les associations, notamment les syndicats ouvriers et les associations d’anciens combattants. Plus récemment, il a réfléchi à la nature de sa discipline (Douze leçons sur l'histoire, 1996) et à son évolution (Penser la Grande Guerre : un essai d'historiographie, 2004). Dans ce cadre général, il a consacré plusieurs livres à l'enseignement notamment le tome IV (depuis 1930) de l’Histoire de l’enseignement et de l’éducation (réédité en poche, 2004) et Education, société et politiques, une histoire de l’enseignement depuis 1945. Cet intérêt s'est étendu à l'éducation familiale, avec le tome V de l'Histoire de la vie privée (1987), ainsi qu’à la sociologie et à la pédagogie (L'enseignement s'est-il démocratisé ?, 1992 ; Eloge des pédagogues, 1985). A.Prost a participé comme expert à plusieurs rapports officiels dont celui de la commission Joxe sur La fonction enseignante dans le second degré (1972), celui sur Les lycées et leurs études au seuil du XXI° siècle (1983) et en 2001 : Pour un programme stratégique de recherche en éducation. Plus récemment, il fut nommé Président du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire 14-18.

dimanche 9 avril 2017

L'école Jean Jaurès au musée



« Adopter un lieu pour l’enchanter »

Projet  départemental

(Première partie)
Les élèves de Cours Préparatoire et de Cours Elémentaire 1ère année de l'école Jean Jaurès de Montceau-les-Mines



L’école Jean JAURES au musée

Après une première visite au musée, une deuxième rencontre a eu lieu dans la bibliothèque de l’école entre les élèves de Mme Lonjarret et les cadres du musée, en présence des membres du Caméra Club de Montceau qui assureront la couverture du projet…

vendredi 31 mars 2017

Avis de recherche


Avis de recherche

Du Musée de la Maison d’Ecole

Couverture du livret de famille


Sur les traces du passé

Tout commence par une découverte fortuite. Nos archivistes classent des cahiers d’élèves donnés au musée il y a bien longtemps. Comme à l’habitude, les cahiers sont feuilletés, par curiosité historique certes, mais aussi par nécessité. Certains documents ne peuvent être datés précisément qu’au détour d’une page affichant une date ou encore à la lecture d’une leçon, d’un récit ayant un caractère chronologique particulier. Rien n’échappe à la vigilance de nos pédagogues confirmés. C’est alors que…

lundi 27 mars 2017

l'histoire de Jules, écolier de 1900


« Petite histoire d’un écolier d’autrefois  expliquée aux enfants d’aujourd’hui »

Les outils du maître : claquoir et sifflets (collection musée)


CHAPITRE VI

« Clac ! Clac ! »

Chacun a rejoint sa place en silence et en rang, chaque travée s’est remplie de deux rangées d’élèves au garde-à-vous. Jules et ses camarades attendent le signal du maître pour s’asseoir. Le bruit sec du claquoir retenti, on prend place. Inspiré du claquoir en usage dans les églises (sous forme de deux planchettes de bois reliées par une charnière), ce petit instrument permettait de rythmer les exercices d'ensemble : entrée et sortie du banc, debout, etc. Comme le disait à la fin du siècle dernier une institutrice à l'Inspecteur : "Il me permet de ménager mes poumons". Son emploi était réglé par les instructions officielles qui le mentionnent au même titre que le sifflet, au profit duquel il fut abandonné : "claquoir et sifflet sont compris nécessairement dans le matériel d'enseignement de l'école maternelle" (Loi du 16 juin 1881. Article 2). Pour le bon fonctionnement de la classe, une discipline de fer doit donc régner. Un modèle plus imposant existait et devait probablement servir lors des grandes assemblées ou des mouvements collectifs, il était, lui aussi, un héritage des religieux. Comme quoi, toute idée était bonne à prendre.

jeudi 23 mars 2017

Les élèves de Diivonne-les-Bains en visite au Musée


Les fidèles du Musée de la Maison d’Ecole

Les élèves de CM2 de l'école Arbrère de Divonne-les-Bains dans la classe 1917



Depuis de nombreuses années, les élèves de l’école d’Arbrère, l’une des trois écoles élémentaires de Divonne-les-Bains, dans l’Ain, viennent en voyage scolaire dans le Bassin minier. La tradition a été respectée cette année encore.

dimanche 19 mars 2017

La lutte contre la tuberculose


La lutte contre la tuberculose

Sanatorium proche de Paris, début du XXème siècle, Oise (collection privée)

La tuberculose : péril national !


Voilà un fléau dont on ne parle plus guère, mais qui, cependant, a mis en émoi le milieu scolaire pendant plus d’un demi-siècle.
Responsable de la mort de plus de 150 000 personnes annuellement en France, la tuberculose, en 1902, est devenue un péril national et le Ministre de l'Instruction publique prescrit les mesures à prendre dans les établissements d'enseignement quant à la contagion.

lundi 13 mars 2017

Hommage à Joseph Charnay


Il y a 25 ans :
Souvenir d’un fondateur

Joseph Charnay, cheville ouvrière du musée

Joseph Charnay


En mars 1992, disparaissait à l’âge de 64 ans, Joseph Charnay, Inspecteur honoraire de l’Education Nationale. Né en 1928, il avait obtenu son « Certificat d’Aptitude à l’Enseignement » le 5 novembre 1948 avant de gravir un à un les échelons qui l’amenèrent au corps d’inspection et à sa retraite en 1986. Il était Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques.

mardi 7 mars 2017

l'histoire de Jules, écolier de 1900


« Petite histoire d’un écolier d’autrefois  expliquée aux enfants d’aujourd’hui »

Cour de récréation vers 1900 (collection privée)

CHAPITRE V
 « Nous y voilà ! »


La joyeuse bande étant arrivée à bon port, Jules rejoint la cour des « grands » et sa journée de classe commence par son installation au pupitre qui lui est dédié, non loin du poêle qui diffuse sa douce chaleur. Un Règlement pour la construction et l'ameublement des maisons d'école a été édité en 1880 et stipulait :
"La classe sera de forme rectangulaire. L'éclairage unilatéral sera adopté toutes les fois que les conditions suivantes pourront être réunies :
- possibilité de disposer d'un jour suffisant.
- proportion convenable entre la hauteur des fenêtres et la largeur de la classe.
- le jour viendra nécessairement de la gauche.

mardi 28 février 2017


Du « temps des timbales » à la cantine scolaire

(Deuxième partie)

Manuel de lecture après 1900 (collection musée)


Comme nous l’avons vu dans la première partie, la mère de famille préparait chaque matin quelques victuailles qui, serrées dans un torchon, étaient casées avec la gourde dans une poche de cartable ou dans un panier d’osier. A midi, sous la surveillance d’un « grand » ou d’une « grande », la salle de classe faisait office de cantine et les pupitres de tables.